Assurance de prêt entre particuliers : les essentiels à retenir
Assurance

Assurance de prêt entre particuliers : les essentiels à retenir

Le prêt entre particuliers constitue une excellente alternative au prêt bancaire. À la fois simple et moins cher, ce genre de prestation est très avantageux aussi bien pour les particuliers emprunteurs que les particuliers prêteurs. Les démarches sont simplifiées et tous les profils peuvent se lancer dans ce type de crédit, qu’ils soient sans emploi ou bien des particuliers en situation financière difficile ou en surendettement. C’est pour ces diverses raisons que les prêteurs prennent des précautions comme la souscription d’une assurance afin d’éviter les conflits.

Prêt entre particuliers : les formalités obligatoires

Les particuliers peuvent librement contracter un prêt entre eux dès lors que cette prestation respecte les règles établies par les pouvoirs publics et l’Administration fiscale. En effet, le crédit entre particuliers doit être déclaré si le montant demandé est supérieur ou égal à 760 € et fait l’objet d’un encadrement du taux de prêt. Ce cadre permet aux contractants d’avoir une certaine stabilité ainsi qu’une couverture dans de ce genre de prestation. Outre cela, il s’avère indispensable de souscrire une assurance de prêt entre particuliers de la même manière que celle avec un établissement bancaire lorsqu’on demande un crédit.

Pour faire simple, la législation exige que le prêt entre particuliers soit déclaré auprès des services d’impôt lorsque le montant dépasse 760 €. Le cas échéant, les deux entités sont contraintes de respecter les règles en vigueur, en plus de la simple entente de principe entre l’emprunteur et le prêteur. Ce genre de crédit présente un atout favorable pour financer un projet personnel comme le voyage, les travaux ou l’achat d’un nouveau véhicule.

Parmi les formalités obligatoires à respecter lors de la demande d’un prêt entre particuliers, on peut citer par exemple :

  • Le montant du prêt : ceci peut être porté sur des sommes plus ou moins importantes. Au-delà de 760 €, il est impératif de déclarer le prêt à l’Administration fiscale. Cette obligation concerne également les prêts familiaux et amicaux ;
  • Le taux de prêt : lors de la demande de crédit entre particuliers, celui-ci peut être accordé avec ou sans contrepartie. Toutefois, si le prêteur souhaite appliquer un remboursement avec des intérêts, il doit respecter les conditions imposées par la législation, notamment le seuil d’usure fixé par la Banque de France.
  • Le taux d’usure désigne le taux maximum légal à appliquer lorsqu’un prêteur accorde un crédit. Ceci consiste à protéger l’emprunteur d’éventuels abus, en plus de l’assurance de prêt entre particuliers.

L’intérêt de souscrire une assurance de prêt entre particuliers

Le prêt entre particuliers repose entièrement sur la confiance. Toutefois, des situations conflictuelles peuvent survenir, même dans le cercle familial. D’ailleurs, l’essor des offres en ligne suppose de nouvelles garanties qui mettent en relation des emprunteurs et prêteurs. Cela étant dit, souscrire une assurance de prêt entre particuliers présente une opportunité de bénéficier de certaines garanties comme le remboursement du prêt en cas de décès et de perte totale et irréversible d’autonomie. Cette assurance couvre également l’invalidité permanente totale ou encore l’incapacité totale de travail. En bref, elle permet d’offrir une protection adéquate en garantissant le remboursement du prêt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *